webleads-tracker

Tunnel de Fourvière, quand l’incompétence crève le plafond

Faites-vous partie des 113 000 personnes qui empruntent régulièrement le tunnel de Fourvière ? Vous avez mis plus d’une heure à faire un Tassin-Lyon ces derniers jours ? Et oui, nous aussi ça nous a rendus dingues.

Mais que s’est-il passé ?

Jeudi 28/09, un convoi exceptionnel transportant une pelleteuse a endommagé la structure. Dépassant la hauteur limite pour entrer dans le tunnel, le bras de la pelleteuse a endommagé le plafond sur plus d’une centaine de mètres.  la fermeture immédiate du tunnel a engendré des bouchons considérables sur tous les itinéraires de déviation. Celui-ci n’a que le 04/10 à 17h,

Bref l’enfer.

Comment cela a-t-il pu se produire ?

Révélateur d’un véritable problème dans l’entreprise et son organisation beaucoup de facteurs sont rentrés en jeu :

  • L’absence d’habilitation du chauffeur pour conduire des convois de ce type. Le chauffeur n’aurait pas dû prendre le volant. De plus, il ne connaissait visiblement pas le gabarit du camion.
  • L’itinéraire fournit pour les convois exceptionnels n’a pas été consulté. Pourtant, le transit de convois exceptionnels est très réglementé. Les autorisations sont délivrées pour des itinéraires précis et définis en amont (autorisation individuelle dans ce cas). La connaissance et la compréhension de l’itinéraire sont même des règles de circulation. De plus, il faut vérifier au préalable qu’il n’existe pas de restriction de circulation. La plupart des transporteurs disposent d’un logiciel pour programmer les trajets, le camion étant passé par le tunnel de Fourvière, on peut s’interroger sur le fait que quelqu’un dans l’entreprise ai fait une quelconque vérification.
  • Le chauffeur a avoué ne pas avoir suffisamment rabaissé le bras de la pelleteuse. Disposait-il au moins du Caces nécessaire pour pourvoir le faire ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de vérification avant le départ?

Cela fait beaucoup d’éléments assez probants du manque de sérieux de cette société sur ce convoi.

Et s’il y avait eu un mort ? Beaucoup de motos circulent dans ce tunnel, imaginez un instant que la chute d’un morceau du plafond ai écrasé un motard, ou même une voiture.

La digitalisation pour mieux contrôler

Selon BPI France, les secteurs du transport et du BTP sont en retard dans leur transformation numérique. Cet événement les fera surement réfléchir…

Il est aujourd’hui tout à fait possible, grâce à un logicel de gérer les habilitations en créant des alertes pour assurer leurs renouvellements en temps et en heure. Une GMAO permet de gérer un parc machine et de centraliser toutes les données sur les pré-requis pour utiliser la machine et mieux contrôler son utilisation. Une check-list peut également être mise en place, comme dans les avions, pour contrôler avant le départ que tout soit conforme : itinéraire connu par le conducteur, habilitations requises, objet transporté bien positionné…

Pour être contacté(e) par un conseiller CLIQUEZ ICI