webleads-tracker

La prévention des risques professionnels, outil de croissance

Préventions des risques professionnels

Risques professionnels, prévention … que de mots dont la résonance n’est malheureusement pas à prime abord engageante. En effet, dans notre vie privée et par répercussion dans notre vie professionnelle, nous ne sommes pas toujours enclins à naturellement faire attention aux consignes de santé et sécurité. Et pourtant, nous savons tous qu’en favorisant ces notions au sein de notre vie, nous tendons à améliorer notre bien-être et il en va de même sur notre lieu de travail.

La santé et la sécurité au travail posent la question de l’ajustement du biotope d’une entreprise aux aptitudes, aux habitudes, en d’autres termes à la prise en compte des besoins physiques et psychologiques du personnel. Dans cet article nous allons chercher à comprendre comment cette notion de “bien-être” peut s’articuler avec l’économie et la croissance.

La prévention des risques, un véritable investissement

De nombreuses analyses montrent que les accidents du travail et les maladies professionnelles ont un impact évident sur les performances économiques des entreprises et par répercussion sur celles d’un pays. L’Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité[[Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité]] estime que les ATMP provoqueraient chaque année, en fonction des pays, une perte de 2.6 à 3.8% du PIB.

envisager la prévention des risques professionnels, non plus comme un coût, mais comme un investissement

Il est aujourd’hui indispensable d’arriver à envisager la prévention des risques professionnels, non plus comme un coût, mais comme un investissement. En effet, la mise en place de mesures de sécurité permet de réduire le risque d’accident et de maladies, également d’éviter les sanctions et même dans l’absolu de limiter les risques de blocage de production.

Une enquête publiée en 2011 par l’association internationale de la Sécurité sociale[[Association internationale de la Sécurité sociale]] (AISS) permet de conclure que les actions liées à la sécurité et à la santé au sein des entreprises laissent envisager un retour de 2.20 euros pour chaque euro investi dans la prévention par année et par salarié.

Une autre étude, élaborée en 2013 par l’Organisme Professionnel Prévention Bâtiment Travaux Publics[[Organisme Professionnel Prévention Bâtiment Travaux Publics]] va dans le même sens que la précédente, bien que sa méthode d’analyse soit différente. Sans rentrer dans le détail de celle-ci, notons que l’étude portant sur 101 actions de prévention menées par 27 entreprises diverses des métiers du BTP, tend à montrer que le rendement global est de 2.19, en d’autres termes, que pour chaque euros investi dans la prévention, le gain économique est de 2.19 euros. Cette même étude montre que le retour sur investissement moyen est de 1,5 ans sur des actions de prévention d’une durée moyenne de 5 ans.

Les gains observés se situent principalement sur la productivité, sur les achats, sur la qualité, et sur la marge.

Bien entendu le retour sur investissement n’est optimisé que si les dirigeants opèrent les bons choix. Il est alors indispensable de ne pas envisager la prévention de manière purement mécanique, mais de bien hiérarchiser les risques, les plans d’actions et les investissements.

Ne pas suffisamment prévenir c’est perdre de l’argent

Dans ce paragraphe se voulant didactique, nous allons à titre d’exemple utiliser un cas pratique fictif.

Imaginons l’entreprise de menuiserie de monsieur Y. Celle-ci emploie 20 salariés qualifiés. Sa valeur ajoutée réside dans la construction de mobilier dédié aux collectivités.

Imaginons que monsieur Y. remplisse bien les obligations légales, notamment l’établissement du document unique d’évaluation des risques professionnels[Le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP), plus communément appelé “document unique” est obligatoire depuis 2001 (articles L. 4121-1 à 3 et R. 4121-1 et 2 du Code du travail) pour chaque structure professionnelle à partir du premier salarié. Il vise transcrire et mettre à jour les résultat de l’évaluation les risques professionnels éventuels et à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des salariés (information, formation, mise en place de moyens adaptés. Pour en savoir plus sur [le document unique.]], mais qu’il ne va pas jusqu’au bout de la démarche, trouvant trop couteuse et/ou pas prioritaire, l’application de mesures de prévention.

Les accidents du travail et maladies professionnelles commencent à se multiplier et représentent en moyenne 2 à 3 employés en arrêt maladie.

Les répercutions directes résident en une baisse mécanique de la productivité alors que dans le même temps monsieur Y. doit payer les salaires, mais également les indemnités et charges sociales. Dans le même temps, il doit continuer à entretenir et gérer son parc matériel et embaucher des remplaçants.

face à une baisse de productivité les clients sont moins enthousiastes, les employés connaissent une baisse de moral, ce qui entraine de facto une baisse plus importante de productivité.
Du côté des salariés en arrêt de travail, ils représentent un coût social important, leur niveau de vie baisse et ils coutent également plus cher à la collectivité. L’économie globale pâtit alors des arrêts de travail mais surtout au fond, du manque d’implication de monsieur Y. au niveau du management de santé sécurité.

Notons qu’en 2013, et nous sommes plus dans le cas fictif, selon la Direction des risques professionnels de l’Assurance maladie[[Direction des risques professionnels de l’Assurance maladie]], on dénombre pour le régime général plus de 610.000 accidents du travail reconnus comme tels, dont plus de 39.000 avec incapacité permanente et 541 décès. Mis bout à bout, à l’échelle du pays, les arrêts de travail en 2013 représentent 37 495 807 jours d’incapacité temporaire (IT) !

Pour conclure sur les risques professionnels

Selon l’Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité, la grande majorité des chefs d’entreprises (80%) seraient parfaitement conscients et informés des risques professionnels, mais il semblerait que seulement 30% des entreprises prendraient des mesures adéquates, et ce malgré les obligations légales.

Il est aujourd’hui fondamental que les managers envisagent la prévention des risques professionnels non plus comme un coût mais comme un véritable investissement, qu’ils s’équipent d’outils qui leurs permettront d’améliorer leur management des problématiques liées à la santé et la sécurité au travail, qu’ils se forment et forment leurs personnels à l’évaluation et à la gestion des risques, à l’établissement des plans d’action notamment, ce qui mécaniquement aura tendance à accroitre la productivité de l’entreprise et donc sa rentabilité.

Pour en savoir plus sur l’évaluation des risques professionnels et ce que Linksoft peut vous apporter nous vous conseillons la consultation des articles suivants :

Pour être contacté(e) par un conseiller CLIQUEZ ICI